Que faut il pour cultiver du CBD chez soi ?

 

CBD planter chez soi

Les plantes à dominante sativa sont généralement plus stimulantes et énergisantes. Les plantes sativa sont également plus grandes, plus allongées et prennent plus de temps de la graine à la récolte. Les variétés à dominance Indica finissent un peu plus vite, produisent des têtes plus grosses et sont généralement des plantes plus courtes et plus larges. Cela en fait une variété préférable pour les climats nordiques avec des saisons de croissance plus courtes. L’Indica est également connue pour ses vibrations plus douces, somnolentes, lourdes, dignes d’un canapé.

Nous préférons généralement les hybrides à dominante sativa, joyeux et énergiques – ceux qui sont équilibrés avec suffisamment d’indica pour que les choses restent douces, relaxantes et permettent une bonne nuit de sommeil. Le « Maui Wowie » est un favori de longue date ici, et le « Rosetta Stone » est notre nouveau favori ces derniers temps.

Au-delà de ces grandes catégories, chaque variété possède également des caractéristiques uniques qui peuvent la rendre plus ou moins désirable pour vous. Trouvez ce qui vous convient ! Ce qui fonctionne pour nous n’est peut-être pas ce qui fonctionne pour vous. Pour en savoir plus sur les différences entre sativa, indica et autoflores (y compris leurs avantages pour la santé), consultez cet article.

Une plante de cannabis autofleurissante courte et touffue, qui commence tout juste à produire des bourgeons. Il se trouve dans une serre avec d’autres petites plantes autour de lui. Elle ne mesure que quelques mètres de haut.
Des plants de cannabis autofloraison dans la serre, dans des pots intelligents de 5 gallons. Ils prennent beaucoup moins de place et de temps !

LE SOL PARFAIT POUR LE CANNABIS

Si vous avez consulté notre article sur la façon de construire le sol organique parfait pour des lits surélevés, nos méthodes pour construire le sol parfait pour le cannabis ne sont pas si différentes. Nous cherchons à obtenir un sol riche, biologiquement actif, plein de micronutriments, et qui présente un excellent équilibre entre la rétention d’humidité et le drainage. Référez-vous à cet article sur le sol des lits surélevés si vous voulez plonger dans les détails, mais sinon, voici une méthode rapide pour le sol du cannabis :

Je vais vous donner deux options ci-dessous. La première est un peu plus compliquée, il s’agit de fabriquer votre propre terreau à partir de rien. C’est ce que nous faisons. La deuxième option utilise un terreau préfabriqué et nécessite moins d’ingrédients et d’étapes au départ.

Quelle que soit l’option que vous choisissez, veuillez noter que nous suivons une méthode sans labour. Cela signifie que le sol est un coût initial unique, à l’exception de certains amendements dont vous aurez besoin en permanence. Ces derniers durent longtemps avant de devoir être renouvelés ! À la fin de la saison de culture, la plante de cannabis mature est coupée à la limite du sol, et les racines sont laissées sur place pour se décomposer pendant l’hiver avec l’aide des vers et d’une légère humidité. Le sol est utilisé année après année dans le même conteneur, s’améliorant avec le temps. C’est ce qu’on appelle le ROLS (recycled organic living soil).

Deux grands sacs en tissu de 25 gallons remplis de terre sont placés dans un abri en plastique.
Voici deux de nos sacs de culture de cannabis de 25 gallons, remplis de terreau organique vivant recyclé. Ils sont conservés dans un hangar pendant l’hiver (et un peu à l’extérieur aussi), et maintenus en vie avec un léger arrosage occasionnel. La terre est réutilisée la saison suivante.

Option 1 : Notre recette de terreau organique pour cannabis

Mélangez les ingrédients suivants. Si vous prévoyez de remplir plusieurs grands récipients (comme des sacs de culture – voir ci-dessous), le plus simple est de les mélanger dans un très grand bac ou même de les étaler sur une bâche, puis d’en ajouter un peu dans chaque sac. Notez qu’il est préférable de pré-humidifier la mousse de tourbe avant de la mélanger à tout le reste. La tourbe a tendance à être hydrophobe lorsqu’elle est sèche, et peut rendre votre sol moins susceptible de bien absorber l’eau si elle est mélangée sans être mouillée au préalable.

Base du sol :

1 part de tourbe de sphaigne canadienne (nous utilisons souvent Roots Organics ou Premier – tous deux trouvés dans notre magasin de culture local).
1 part de compost de haute qualité (Nous adorons le compost biodynamique de Malibu, mais il n’est disponible que sur la côte ouest. Il existe une option similaire sur la côte Est par Coast of Maine. Vous pouvez utiliser du compost vieilli fait maison, ou faire des recherches pour voir ce qui est disponible. Peut-être y a-t-il une ferme de vers de terre dans votre région ?)
1 partie d’additif d’aération (Nous préférons la roche de lave de 3/8 de pouce, aussi appelée cendres de lave. Vous pourriez utiliser de la pierre ponce ou de la perlite à la place).

Mélangez uniformément les amendements suivants :

Farine de varech, ½ tasse par pied cube de sol*.
farine de neem, ½ tasse par pied cube de sol
farine de crabe ou de crustacé, ½ tasse par pied cube de sol
Poussière de roche, 2 tasses par pied cube de sol
Gypse, 1 tasse par pied cube de sol
Farine de coquille d’huître, 1 tasse par pied cube de sol
Une poignée de turricules de vers et quelques vers de compost, si possible.
Facultatif : Biochar, 2 à 4 tasses par pied cube de terre.

*Dans la recette ci-dessus, lorsque je mentionne les quantités d’amendements « par pied cube de sol », je veux dire le volume total combiné incluant la tourbe de sphaigne, le compost et l’aération. Notez également que tous ces amendements sont des choses que nous utilisons également dans le jardin et qui durent plusieurs saisons

Vous êtes curieux de savoir à quoi servent tous ces éléments ?

La farine de varech contient plus de 70 vitamines et minéraux différents. Elle contribue à la santé et à la vigueur des plantes, ainsi qu’à leur tolérance au stress, aux parasites et aux maladies. Il s’agit également d’une ressource renouvelable et durable, ce qui est un énorme avantage.

La farine de neem améliore l’activité microbienne, rendant votre sol encore plus vivant ! Elle renforce également les systèmes racinaires et peut aider à contrôler les populations indésirables de nématodes, de champignons et d’agents pathogènes du sol.

La farine de crabe ou de crustacé est riche en chitine, qui stimule la chaîne alimentaire du sol et l’activité des microbes bénéfiques. Elle peut également aider à combattre les nématodes à galles. Cette farine contient à la fois des macro et des micronutriments qui servent de carburant aux plantes.

Voir ces deux sites pour en savoir plus :

  1. https://ethnic.ch/
  2. https://www.vente-cannabis-cbd.ch/

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code