C’est quoi la Purple Haze en Suisse ?

Dans le cadre de son nombre paramétrique prédominant, un certain degré de liberté dans la formulation des politiques nationales est accordé aux parties de l’organisation mondiale de contrôle des drogues. Comme la plupart des instruments multilatéraux, les conventions du passé sont le produit de compromis politiques, ce qui fait de leur interprétation un art plutôt qu’une science. Des directives détaillées d’interprétation sont fournies pour chaque accord écrit dans le commentaire politique de la loi.

Maximums et bases des restrictions sur le cannabis

Les protocoles de la conférence concernant les intentions et les arguments utilisés dans le débat pour réussir sont compromis et influencent finalement le choix final des mots à utiliser. La mise en garde des parties est une autre disposition nécessaire pour déterminer les limites de la livraison dans des conditions incertaines. Les différentes interprétations des clauses d’un accord écrit par des parties non contestées font partie, avec le temps, du champ de lecture accepté.

Les résolutions ou déclarations de politique générale adoptées par la majorité de l’Assemblée générale peuvent également jouer un rôle important à cet égard. Enfin, dans sa capacité à contrôler la conformité, la Commission de contrôle conseille collectivement les pays sur la mise en œuvre et l’application des trois dernières conventions. En règle générale, la commission conserve un pouvoir minimal pour soumettre un accord et s’en remet généralement à la rédaction et à l’adoption des arguments juridiques liés par les parties, mais elle n’est pas chargée de résoudre ou de trouver un accord sur un différend une fois que les changements sont intervenus.

Toutes ces sources combinées fournissent la clé pour comprendre ce qui constitue l’interprétation des termes du traité dans leur contexte, comme l’exige le droit des traités. Les définitions qui en résultent ont fourni la flexibilité existante qui a conduit à différentes méthodes et réformes de la politique du cannabis, qui diffèrent de l’approche répressive.

L’article de la Convention

Il  stipule que le traité ne couvre pas la culture de plantes de cannabis à des fins industrielles, que ce soit pour les graines ou pour les plantes de cannabis cultivées à des fins agricoles (fibre, graines, horticulture). La consommation de cannabis à des fins récréatives est toujours interdite dans la plupart des pays ; toutefois, plusieurs pays ont adopté un système de dépénalisation pour faciliter la possession non criminelle, pour laquelle une faible amende est souvent prévue. Les formes de la plante de cannabis ayant une teneur minimale approximative en cannabinoïdes psychoactifs, généralement incluses sous le nom de chanvre plutôt que de cannabis, étaient largement utilisées pour fabriquer sa fibre pour le papier, le denim ou les voiles. Le secteur du cannabis légal a été durement touché par les contrôles imposés à la marijuana, mais il connaît un retour en force. L’accord laissait clairement ouverte la possibilité d’utiliser le cannabis à de telles fins, mais il a créé des problèmes opérationnels pour les organismes chargés de l’application de la loi, car ces deux types de plantes appartiennent à la même espèce que le cannabis, la marijuana et le cannabis, ainsi qu’un marché gris de la publicité pour le cannabis. Les graines à forte teneur en THC, comme la populaire purple haze  sont vendues à des fins récréatives dans certains pays.

L’évidence même

Il ne fait aucun doute que les conventions des organisations mondiales autorisent en théorie l’utilisation médicale des substances contrôlées ainsi que du cannabis, et qu’elles sont conçues pour garantir que la médecine contrôlée est suffisamment traitée pour des fonctions légitimes. Cependant, l’inclusion de l’herbe de cannabis et de ses ingrédients actifs dans les régimes plus stricts des traités antérieurs maintient le cannabis parmi les substances aux propriétés particulièrement dangereuses qui ne sont pas compensées par des avantages thérapeutiques significatifs, ce qui a créé des obstacles aux dispositions légales concernant l’utilisation médicale du cannabis. La commission de suivi a fréquemment exprimé son opposition à des systèmes de cannabis médical comparables à ceux qui fonctionnent au niveau des cantons Suisse, un de ses arguments souvent contesté ; au contraire, il semble avoir une large légitimité juridique.

L’étape initiale

Tout d’abord, le Conseil remet en question la qualité médicale de la marijuana. Dans le passé, le rapport a noté que les conventions laissent l’interprétation des objectifs médicaux et scientifiques aux parties, un objectif essentiel qui donne une marge de manœuvre aux réunions. Le Conseil fait peser sur les gouvernements la charge de ne pas autoriser son utilisation à des fins médicales, à moins que des résultats de tests définitifs indiquant son utilité thérapeutique ne soient disponibles.

Ce qui s’en suit

Il n’appartient pas à la Commission de décider si les résultats scientifiques sont concluants ou non et si le cannabis est de qualité médicale. Un seul décret a conseillé les organisations de santé sur la planification adéquate selon les conventions précédentes. Cependant, il existe plusieurs exemples de résultats positifs dans l’utilisation thérapeutique du cannabis. Pour en savoir plus sur la Purple Haze cette page vous aidera : https://www.vente-cannabis-cbd.ch/acheter-cbd/cbd-cannabis-en-gros-power-haze/ << Un clic pour en savoir plus !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code